Fidji Lau Seascape et îles Cook

Renforcer la gouvernance traditionnelle pour gérer les ressources naturelles et accroître la résilience au changement climatique dans le paysage marin de Lau et les îles Cook

Plongeur en eaux profondes touchant un filet de protection en acier sous l'océan.
Logo Lau Seascape
Bose Vanua o Lau (Fidji) et House of Ariki (Îles Cook)
Logo de Conservation International Fiji
Conservation International (CI) Fidji

Aux Fidji et aux îles Cook, le Vanua o Lau et la House of Ariki travailleront ensemble pour faire avancer les objectifs des peuples autochtones en matière d'utilisation et de gestion durables des ressources - y compris le renforcement de la gestion des aires marines protégées (AMP) côtières et offshore, et la restauration des aires protégées terrestres et dégradées - et pour renforcer leur résilience face au changement climatique grâce à la transmission et à la revitalisation des compétences et des connaissances agricoles traditionnelles. Le Vanua o Lau développera les conditions favorables à la gestion du paysage marin de Lau à grande échelle en renforçant la gouvernance traditionnelle au niveau des communautés et des îles de la province de Lau, tandis que la Maison de l'Ariki s'efforcera d'intégrer des considérations culturelles essentielles, notamment l'identification des sites importants sur le plan traditionnel et culturel, dans la conception du parc marin de Marae Moana.

Dans le cadre de cette initiative, gérée par deux initiatives autochtones, l'une à Fidji et l'autre dans les îles Cook, l'ICI vise à améliorer les pratiques sur 11 019 hectares de paysages/territoires et sur 161 200 hectares d'habitat marin, à améliorer la gestion d'une superficie totale de 172 219 hectares et à impliquer 11 153 bénéficiaires directs.

PRINCIPAUX OBJECTIFS ET INITIATIVES DE L'ICI

Renforcement des connaissances et de la sensibilisation à la gouvernance traditionnelle et à l'intendance au sein de l'IPLC

Renforcer la connaissance de la gouvernance traditionnelle et des pratiques de gestion des ressources, en conformité avec les lois nationales (formation des dirigeants et des communautés autochtones à la gestion et à la gouvernance coutumières, intégration des connaissances locales dans les approches de gestion, orientation des dirigeants sur les politiques, lois et réglementations nationales pertinentes, formation des dirigeants, échanges régionaux de dirigeants).

Documenter les connaissances et le patrimoine culturels de l'IPLC, y compris les liens entre la religion et la gestion traditionnelle (cartographie culturelle des connaissances traditionnelles, partage des connaissances traditionnelles par le biais de récits, d'enregistrements et d'échanges entre les anciens et les jeunes).

Amélioration de la gestion des ressources naturelles et culturelles dans les zones géographiques de l'IPLC, ce qui se traduit par une résilience accrue, une plus grande sécurité alimentaire et une meilleure protection du patrimoine naturel et culturel.

Mettre en place des outils et des cadres pour assurer la protection des ressources culturelles (développer et formaliser un réseau de sites d'importance pour le patrimoine culturel, développer un cadre d'évaluation de l'impact culturel).

Renforcer l'application des approches culturelles à la gestion des ressources naturelles, y compris l'agriculture traditionnelle, la restauration agroforestière et la médecine traditionnelle (recherche en ethnobotanique, élaboration d'une boîte à outils et d'un guide pour aider les insulaires à appliquer les pratiques traditionnelles de production alimentaire).

Améliorer la gestion de la pêche côtière et des ressources marines (projets d'amélioration de la pêche côtière, évaluation des risques et des performances de la pêche, mise en place d'AMM)

Renforcement substantiel des capacités de gestion organisationnelle et financière des partenaires de l'IPLC

Identifier les voies du développement économique des groupes IPLC, en mettant l'accent sur les possibilités de création de revenus pour les femmes et les jeunes (améliorer les chaînes de valeur locales, accroître l'accès au marché pour les communautés rurales, développer des stratégies de marque et de marketing, renforcer l'accès au marché et le rendement économique de la vente d'objets artisanaux).

Renforcer les capacités de gestion financière et de gestion de projet des IPLC (formation à la gestion financière et à l'élaboration de projets, révision des protocoles de gouvernance traditionnelle et des procédures opérationnelles normalisées).

Évaluer les mécanismes et les voies de financement pour soutenir et pérenniser la conservation et la gestion des ressources menées par les IPLC

Introduction à la région

Carte des îles Fidji et Cook
Pays :

Fidji
Îles Cook

Superficie approximative en hectares :

483,104

Population autochtone Lauan (Fidji) ; Atiu et Pukapuka (îles Cook) :

11,502

Les points chauds de la biodiversité mondiale et les zones de nature sauvage à haute biodiversité :

Polynésie-Micronésie

Zones clés pour la biodiversité :

Fidji : Kabara - Forêt côtière de Vesi de Fulaga

Îles Cook : Pukapuka Marine ; île d'Atiu ; île de Mangaia ; atoll marin de Suwarrow ; proposition de site du patrimoine mondial du Pacifique central.

Zones importantes pour la conservation des oiseaux :

Fidji : Îles Ringgold Marine ; Northern Lau Marine ; East Kadavu Passage ; Ogea ; Vatuvara

Îles Cook : Atoll de Suwarrow Marine

Sites du patrimoine mondial :

Îles Cook : Proposition de site du patrimoine mondial du Pacifique central

Zones protégées/Zones de gestion de la faune sauvage/etc :

Fidji : Moala-Naroi ; Maloku, Nuku ; Vadra ; Keteira ; AMP du village de Vunuku ; AMP des villages de Totoya-Tovu et Dravuwalu ; AMP des villages de Matuku-Makadru et Qalikarua ; AMP du village de Vanuavatu-Taira ; AMP du village de Vanua balavu- Mavana ; AMP du village de Daliconi ; Cicia-Tarukua ; Natokalau ; Naceva ; AMP du village de Lomati ; Nayau-Narocivo ; Salia ; AMP du village de Liku ; Lakeba-Tubou ; Waitabu ; Waciwaci ; Nukunuku ; AMP du village de Vakano ; AMP du village d'Oneata-Waiqori ; récif de Navatu ; récif de Duff.

Îles Cook : Marae Moana ; Swarrow ; Pukapuka ; Takutea ; Manuae

Vue plongeante sur une île avec beaucoup d'arbres verts.
Pourcentage de la superficie du pays sous propriété reconnue de PI ou de CL : (Source : RRI : 2015. Qui possède les terres du monde ?)

Fidji 88%
Îles Cook 95%

Nombre de défenseurs de la terre tués 2016-2018 :  (Source : Global Witness)

Fidji 0
Îles Cook 0

À propos du paysage marin de Lau et des îles Cook

La géographie de ce sous-projet comprend les territoires de deux peuples autochtones polynésiens ayant un héritage culturel commun : la Maison d'Ariki dans les îles Cook et les Bose Vanua o Lau dans les îles Fidji. Les îles Cook sont constituées de quinze îles réparties sur environ 1,9 million de km2 d'océan. La biodiversité marine des îles Cook est exceptionnelle au niveau mondial. On y trouve des oiseaux de mer, des récifs coralliens, des habitats côtiers et lagunaires, ainsi qu'une série d'espèces migratrices, dont des requins et des baleines. La pression exercée sur les ressources marines étant limitée, on observe une tendance positive à l'augmentation de la couverture corallienne, malgré les incidents documentés de blanchiment et l'acidification des océans. Pour préserver ces ressources remarquables, le Parlement des îles Cook a adopté le parc marin Marae Moana à l'échelle de la zone économique exclusive (ZEE), créé en 2017, avec environ 324 000 km2 réservés à des niveaux de protection plus élevés, ce qui en fait la plus grande aire marine protégée à usages multiples au monde au moment de son adoption. Les Fidji se composent de plus de 300 îles, dont la plupart sont volcaniques et dont une centaine sont habitées, couvrant une superficie terrestre totale de 18 376 km2 et une ZEE de 1,29 million de km2 d'océan. Le paysage marin de Lau, d'une superficie estimée à 335 000 km2, est l'archipel le plus éloigné des Fidji. Lau a été déclaré écorégion marine importante ; les analyses mondiales de la biodiversité marine placent systématiquement l'archipel de Lau parmi les priorités les plus élevées en matière de conservation, en tant que point chaud pour la richesse et l'endémisme des espèces, abritant la nidification et la reproduction d'espèces d'oiseaux, d'insectes, de serpents, de tortues vertes et de tortues imbriquées endémiques, ainsi que la palourde endémique et les voies migratoires des méga-cétacés.

Activités économiques autochtones :

  • Agriculture
  • Bétail
  • Produits forestiers non ligneux (PFNL)
  • Tourisme
  • Pêche
  • Chasse
  • Paiements pour les services écosystémiques

Défis et menaces :

  • Expansion et commercialisation de l'agriculture 
  • Changement climatique
  • Déforestation, surpâturage et surexploitation de la faune et des autres ressources naturelles 
  • Perte des connaissances autochtones 
  • Exploitation minière 
  • Mondialisation, intégration dans l'économie de marché, influence de la culture occidentale, manque de reconnaissance des systèmes traditionnels 
  • Tourisme

Territoire bioculturel de Futa Mawiza

Dans la Cordillère des Andes, dans le territoire bioculturel de Futa Mawiza, une alliance d'organisations consacre son travail à la sauvegarde de la gouvernance ...

Bassin du fleuve Ewaso Ng'iro

Le Mouvement autochtone pour la paix, l'avancement et la transformation des conflits (IMPACT) dans les parcours kenyans soutient les peuples autochtones dans la sécurisation des...

Région des Annapurnas

Au Népal, une zone écologique clé où les peuples autochtones vivent depuis des temps immémoriaux, la Fédération népalaise des nationalités autochtones (NEFIN)...

Voir toutes les géographies

inscrivez-vous pour rester en contact !

En vous inscrivant à notre liste de diffusion, vous recevrez régulièrement des informations et des mises à jour directement de l'équipe de l'ICI.