Région des Annapurnas

Renforcer le leadership autochtone dans la région de l'Annapurna

L'image se concentre sur quatre personnes, vêtues de tenues traditionnelles, tenant une bannière, avec un groupe de personnes les suivant en arrière-plan, en fondu enchaîné.
Fédération népalaise des nationalités autochtones (NEFIN)

Dans la région de l'Annapurna au Népal, le NEFIN vise à renforcer les structures de gouvernance des peuples autochtones et des communautés locales (PA et CL), à préserver les sites culturels et à sensibiliser à l'importance de la contribution des PA et des CL à la conservation et à la génération de bénéfices environnementaux globaux. 

Dans le cadre de cette initiative, l'ICI vise à améliorer la gestion de 381 450 hectares au Népal, en impliquant 25 000 parties prenantes directes du projet.

PRINCIPAUX OBJECTIFS ET INITIATIVES DE L'ICI

Renforcer les capacités des institutions locales et coutumières et des individus des peuples autochtones et des communautés locales pour une meilleure défense des droits et une meilleure gouvernance de la gestion des ressources naturelles, de la conservation de la biodiversité et du changement climatique en ce qui concerne les avantages pour l'environnement mondial.

Organiser des formations sur les garanties environnementales et sociales, comprendre les droits des peuples autochtones, les processus de CLIP et la manière dont les droits doivent être défendus tant au niveau national qu'international pour s'assurer que ces garanties sont en place pour protéger leurs connaissances, traditions et pratiques et ne pas les déplacer au nom du développement et de la conservation Engager des dialogues avec les décideurs politiques nationaux sur les questions des droits à la terre, aux territoires et aux ressources, leur gestion et la justice climatique Renforcer les structures de gouvernance des communautés autochtones et locales, y compris les structures coutumières

Promouvoir des pratiques de gestion des ressources naturelles durables, participatives, justes et responsables, la REDD+ et la conservation de la biodiversité en veillant à l'égalité des sexes et à l'inclusion sociale dans l'AMO.

Évaluer les facteurs de dégradation de l'environnement avec l'assistance technique des partenaires. Inventaire local des ressources naturelles et de la biodiversité Développer des systèmes locaux de gestion des données Piloter la planification de l'utilisation des terres dans quelques sites

Documenter et diffuser les connaissances des IPLC et les pratiques en matière de conservation de l'environnement, de gestion des ressources naturelles et de conservation de la biodiversité.

Soutenir l'amélioration de la conservation des sites culturels ou des territoires ayant une valeur de conservation

Soutenir les autorités locales dans la gestion de la pollution environnementale locale

Développer des entreprises vertes basées sur les IPLC et mettre en place des mécanismes de PSE et/ou de financement de la biodiversité pour renforcer la durabilité financière et économique des IPLC.

Développer des entreprises vertes basées sur les IPLC, en leur fournissant des compétences en gestion d'entreprise et en les mettant en relation avec le secteur privé tout en créant des emplois locaux.

Réaliser des études et des évaluations pour promouvoir davantage les mécanismes de PSE et/ou de financement de la biodiversité

Promouvoir des solutions fondées sur la nature et la culture pour renforcer la résilience climatique des PA, des CL et des écosystèmes, en générant des avantages connexes en matière d'atténuation et en s'appuyant sur les connaissances locales, traditionnelles et autochtones.

Évaluer les vulnérabilités, mettre en œuvre des solutions fondées sur la nature et la culture (
)

Développer un système communautaire de surveillance et d'information (CBMIS) pour surveiller le changement climatique et ses impacts sur les écosystèmes et l'efficacité des solutions basées sur la nature.

Discuter et développer un mécanisme de partage des bénéfices pour les revenus générés par l'ACA

Identifier des mécanismes financiers diversifiés, établir un mécanisme de partage des bénéfices pour les revenus de l'ACA, mettre en œuvre des mesures pour renforcer la résilience économique des IPLC.

Introduction à la région

Carte du Népal
Pays :

Népal

Superficie approximative en hectares :

787,900

Gurung, Magar, Thakali, Manange, Baragungle et Tingaule Thakali population autochtone :

120,000

Les points chauds de la biodiversité mondiale et les zones de nature sauvage à haute biodiversité :

Himalaya

Zones clés pour la biodiversité :

Région des Annapurnas

Zones importantes pour la conservation des oiseaux :

Région des Annapurnas

Zones protégées/Zones de gestion de la faune sauvage/etc :

Zone de conservation de l'Annapurna

Pourcentage de la superficie du pays sous propriété reconnue de PI ou de CL : (Source : RRI : 2015. Qui possède les terres du monde ?)

13%

Nombre de défenseurs de la terre tués 2016-2018 :  (Source : Global Witness)

N/A

A propos de la région de l'Annapurna 

La région de l'Annapurna (AA), au Népal, abrite une biodiversité extrêmement riche, avec notamment 1 226 espèces de plantes à fleurs, 105 mammifères, 518 oiseaux, 40 reptiles et 23 amphibiens. Sur une distance nord-sud de 150 km, l'altitude du Népal varie de 60 à 8 848 m au-dessus du niveau de la mer. Cela divise le pays en 5 zones écologiques, ce qui en fait un pays où les conditions physiographiques et climatiques varient énormément et l'un des dix principaux points chauds de la biodiversité mondiale. Plusieurs caractéristiques rendent la région des Annapurnas unique au monde. Elle possède la gorge fluviale la plus profonde du monde, la gorge de Kali Gandaki, qui mesure 3 miles de long et 1,5 miles de large, est une vallée où l'on trouve des fossiles de la mer de Téthys datant de 60 millions d'années. La région abrite la plus grande forêt de rhododendrons du monde à Ghorepani. Le lac Tilicho, situé à Manang, au nord du massif de l'Annapurna, est le lac d'eau douce le plus haut du monde. Un inventaire du carbone forestier entrepris dans le paysage de Chitwan Annapurna (CHAL) a estimé le stock total de carbone dans la région à 540,1 millions de tCO2e, avec une moyenne de 725,9 tCO2e par hectare.

La région de l'Annapurna est habitée par une population assez importante de peuples indigènes, comprenant 120 000 résidents de différents groupes culturels et linguistiques. Les nationalités Gurung et Magar sont les groupes dominants dans le sud, tandis que les Thakali, Manange et Baragungle sont dominants dans le nord. Le territoire proposé pour la zone de conservation de l'Annapurna est géré depuis près de trois décennies et demie par le National Trust for Nature Conservation (NTNC), une agence semi-gouvernementale, dans le cadre d'un modèle de gestion communautaire. Le transfert de la zone de conservation aux communautés était prévu pour 2012, puis à nouveau avec la nouvelle constitution du Népal qui est entrée en vigueur en 2015. La dévolution du système de gouvernance dans le cadre de la nouvelle constitution a suscité une nouvelle demande de la part des municipalités rurales locales nouvellement formées pour reprendre la gestion de l'AA en 2018. Alors que les différends et les discussions entre le NTNC, l'ACAP et le gouvernement local ont été réglés, le mandat du NTNC pour la gestion de l'AA par l'intermédiaire de l'ACAP a été prolongé d'un an (janvier 2021) par une décision du cabinet. La NTNC et son programme ACAP envisagent également que l'AA soit transférée et gérée par les peuples autochtones et les communautés locales par le biais d'un conseil, et le projet ICI soutiendra le processus de transfert et la capacité des institutions autochtones à prendre en charge la gestion de l'aire de conservation.

Activités économiques autochtones :

  • Agriculture
  • Bétail
  • Agroforesterie
  • Produits forestiers non ligneux (PFNL)
  • Tourisme
  • Paiements pour les services écosystémiques

Défis et menaces :

  • Expansion et commercialisation de l'agriculture 
  • Changement climatique
  • Développement d'infrastructures (routes, chemins de fer, pipelines, lignes de transmission, parcs éoliens, projets géothermiques, aéroports, barrages, etc.) 
  • Tourisme 
  • Espèces envahissantes 
  • Conflit entre l'homme et la faune

RD Congo

Alliance Nationale d'Appui et de Promotion des Aires et territoires conservés par les Peuples Autochtones et Communautés locales en République Dém...

Ru K'ux Abya Yala

Au Guatemala et au Panama, un consortium d'organisations autochtones dirigé par Sotz'il s'efforce d'encourager l'utilisation, la gestion et la conservati...

Sud-ouest Amazonie

Dans le bassin du fleuve Madre de Dios au Pérou, territoire ancestral de forêt tropicale où vivent plusieurs communautés indigènes, la Fédération indigène de Madr...

Voir toutes les géographies

inscrivez-vous pour rester en contact !

En vous inscrivant à notre liste de diffusion, vous recevrez régulièrement des informations et des mises à jour directement de l'équipe de l'ICI.