Actualités

Protection de la Terre : les solutions autochtones et locales ouvrent la voie

La gestion autochtone de la nature peut revitaliser notre planète. Investir dans les solutions proposées par l'IPLC, c'est investir dans notre planète.

L'Initiative pour une conservation inclusive (ICI), un projet du Fonds pour l'environnement mondial (FEM) mis en œuvre par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) en partenariat avec Conservation International (CI), soutient le financement direct des peuples autochtones et des communautés locales à hauteur de 25 millions d'USD et joue un rôle de premier plan dans le partage des connaissances et le renforcement des capacités afin de plaider en faveur du financement direct de la conservation.

Rencontrez les principales organisations d'Asie et du Pacifique, d'Amérique centrale, de Méso-Amérique et d'Afrique subsaharienne et découvrez comment elles prévoient de transformer la conservation grâce à l'initiative pour une conservation inclusive :


Asie et Pacifique

L'image se concentre sur quatre personnes, vêtues de tenues traditionnelles, tenant une bannière, avec un groupe de personnes les suivant en arrière-plan, en fondu enchaîné.

Notre voyage commence au Népal, un important hotspot écologique où les peuples autochtones vivent depuis des temps immémoriaux. La Fédération népalaise des nationalités indigènes (NEFIN), qui réunit tous les groupes indigènes reconnus par le gouvernement népalais, y défend la protection des droits des indigènes dans le contexte du changement climatique. L'ICI soutiendra le travail du NEFIN dans la zone de conservation de l'Annapurna, un centre de biodiversité riche et une terre autochtone ancestrale qui s'étend sur cinq districts. Grâce à ce projet, NEFIN vise à renforcer les structures de gouvernance de l'IPLC, à documenter et à diffuser les connaissances et les pratiques de l'IPLC en matière de conservation de l'environnement afin d'améliorer la compréhension globale des contributions de l'IPLC aux bénéfices environnementaux mondiaux, à préserver les sites culturels et à développer des entreprises vertes basées sur l'IPLC et des mécanismes de financement de la biodiversité afin de renforcer la viabilité financière et économique de l'IPLC.

En descendant vers l'est, nous atteignons les hauts plateaux thaïlandais, où un consortium d'organisations réunies par l'Indigenous Peoples' Foundation for Education and Environment (IPF) s'efforce de promouvoir les droits des peuples autochtones, notamment l'éducation, le développement autodéterminé, l'utilisation coutumière des terres et la gestion des ressources naturelles. Par l'intermédiaire de l'ICI, l'IPF travaillera avec 77 communautés montagnardes de 7 peuples autochtones en Thaïlande, dans une zone englobant plus de 429 000 hectares. Le projet soutiendra les bonnes pratiques de gestion des ressources, de l'eau et des forêts par les peuples ethniques des hauts plateaux, favorisera la compréhension et l'acceptation des droits en matière de gestion des ressources conformément à la culture et aux coutumes traditionnelles, atténuera les effets du changement climatique tout en préservant la biodiversité, et augmentera les revenus et la sécurité alimentaire des communautés.

Après avoir traversé l'océan Pacifique, nous rencontrons le Bose Vanua o Lau (l'association officielle des chefs traditionnels de Lau, représentant 30 îles habitées et leurs 9 600 habitants) à Fidji et la House of Ariki (une association de dix chefs indigènes) dans les îles Cook. Par l'intermédiaire de l'ICI, les deux organisations travailleront ensemble pour faire progresser les objectifs des peuples autochtones en matière d'utilisation et de gestion durables des ressources - y compris le renforcement de la gestion des zones marines protégées (ZMP) côtières et offshore, et la restauration des zones protégées terrestres et dégradées - et pour renforcer leur résilience face au changement climatique grâce à la transmission et à la revitalisation des compétences et des connaissances traditionnelles en matière d'agriculture. Plus précisément, le projet Vanua o Lau vise à mettre en place les conditions propices à la gestion du paysage marin de Lau à grande échelle en renforçant la gouvernance traditionnelle au niveau des communautés et des îles de la province de Lau, tandis que la Maison de l'Ariki s'efforcera d'intégrer des considérations culturelles essentielles, notamment l'identification des sites importants sur le plan traditionnel et culturel, dans la conception du parc marin de Marae Moana.


Méso-Amérique

L'image se concentre sur quatre personnes portant des robes rouges, debout dans une file d'attente.

En Méso-Amérique, un consortium d'organisations autochtones dirigé par Sotz'il s'efforce d'encourager l'utilisation, la gestion et la conservation des ressources naturelles par les autochtones dans les régions du Ru K'ux Abya Yala et de promouvoir l'Utz K'aslemal (el buen vivir - vivre en harmonie) en tant que modèle de vie autochtone. Travailler dans une zone composée de trois territoires bioculturels (la chaîne volcanique Kaqchikel et K'iche', les forêts pluviales Lachuá et Caraïbes du Guatemala, et Guna du Panama) et s'étendant sur plus de 56 000 hectares de terres du Guatemala au Panama, L'ICI Sotz'il prévoit de renforcer les systèmes institutionnels autochtones, de promouvoir les échanges intergénérationnels et l'égalité des sexes, d'encourager la gestion des ressources naturelles et culturelles par les autochtones dans le contexte du rétablissement du COVID-19 et de promouvoir l'économie verte autochtone au profit de tous.


Amérique du Sud

Dans le bassin du fleuve Madre de Dios au Pérou, un territoire ancestral de forêt tropicale où vivent plusieurs communautés autochtones, la Fédération autochtone du fleuve Madre de Dios et de ses affluents (FENAMAD) - membre de l'UICN et du Consortium ICCA - milite pour représenter et défendre légitimement la volonté collective de tous les peuples autochtones du Madre de Dios, y compris ceux qui vivent dans l'isolement et qui n'ont jamais eu de contact avec eux. À travers l'ICI, la FENAMAD vise à améliorer la gestion des territoires et la conservation de leur biodiversité ainsi que la reconnaissance des peuples autochtones en tant que partenaires actifs dans la définition des politiques de conservation, à renforcer la résilience des peuples autochtones face aux crises environnementales, climatiques et sanitaires, à améliorer la protection des communautés vivant dans l'isolement ainsi que celle des femmes et des défenseurs, et à renforcer la participation des peuples autochtones dans les espaces et réseaux internationaux de conservation et de droits de l'homme.

En descendant la Cordillère des Andes, nous nous retrouvons dans le territoire bioculturel de Futa Mawiza, où une alliance d'organisations consacre son travail à la sauvegarde de la gouvernance du territoire à travers un processus d'auto-renforcement basé sur la cosmovision, les connaissances et les pratiques traditionnelles des Mapuches, pour le plein exercice des droits collectifs indigènes. En collaboration avec l'ICI, l'Initiative Futa Mawiza mènera des analyses et des planifications territoriales afin de renforcer la gestion et la gouvernance du territoire culturel Futa Mawizabi, de promouvoir le küme felen (bien-être collectif), de mener des actions de plaidoyer au niveau national et international pour une reconnaissance et un soutien culturellement appropriés du territoire, d'échanger les connaissances et les pratiques mapuches, et de renforcer le rôle des autorités traditionnelles et des leaders territoriaux mapuches pour une meilleure gestion et gouvernance du territoire et le plein exercice des droits indigènes.


Afrique subsaharienne

En Afrique subsaharienne, un réseau de communautés et d'organisations de base appelé Alliance Nationale d'Appui et de Promotion des Aires et territoires conservés par les Peuples Autochtones et Communautés locales en République Démocratique du Congo (ANAPAC) s'est engagé à renforcer, améliorer et sécuriser les aires et territoires conservés par les Peuples Autochtones et Communautés locales en République Démocratique du Congo (RDC). Travaillant dans trois paysages bio-culturels - englobant les forêts non inondées de l'Est, les forêts inondées de l'Ouest et les terres arides de l'Est de la RDC - l'ICI aidera l'ANAPAC à identifier et à documenter la présence des IPLC dans les trois principaux paysages bio-culturels de la RDC et à renforcer les capacités des institutions des IPLC en matière de gouvernance et de gestion des ressources naturelles. Le projet vise également à renforcer la résilience des IPLC face aux menaces extérieures, à plaider pour leur reconnaissance légale en RDC et à développer des activités économiques locales pour supporter une partie des coûts de conservation.

En nous déplaçant vers l'est, nous atteignons les terres de parcours du Kenya, où le Mouvement indigène pour la paix, l'avancement et la transformation des conflits (IMPACT) aide les peuples indigènes à obtenir la reconnaissance et l'inclusion. Par l'intermédiaire de l'ICI, l'IMPACT travaillera avec les communautés autochtones pour documenter et faire reconnaître le bassin fluvial du territoire du Haut Ewaso - une zone qui abrite plus de 3,5 millions de personnes dans dix comtés, dont la majorité sont des communautés pastorales autochtones - comme un territoire de vie (également appelé ICCA), c'est-à-dire un territoire ou une zone conservé(e) par les peuples autochtones et les communautés locales. Ce faisant, IMPACT vise à restaurer, préserver et promouvoir les systèmes de gouvernance traditionnels ainsi que les connaissances et pratiques autochtones, à garantir les droits des autochtones sur les terres et les ressources naturelles, à restaurer les sites sacrés et les totems, et à préserver les langues autochtones.

En nous rendant en Tanzanie, nous rencontrons l'Ujamaa Community Resource Team (UCRT), une organisation qui vise à améliorer la vie des communautés de pasteurs, d'agro-pasteurs et de chasseurs-cueilleurs dans le nord de la Tanzanie en leur donnant les moyens de gérer durablement les ressources naturelles dont dépendent leurs moyens de subsistance et d'en tirer profit. L'UCRT travaille par l'intermédiaire de l'ICI dans le nord de la Tanzanie, un système écologique de pâturages d'importance mondiale qui s'étend au sud et à l'est du grand Serengeti - Ngorongoro et qui abrite une riche diversité d'animaux sauvages et de populations. Les objectifs de l'UCRT sont de sécuriser légalement les terres villageoises communales pour les communautés indigènes dans trois paysages biodiversifiés clés par le biais d'une planification participative de l'utilisation des terres et de mécanismes fonciers, de former et d'encadrer les conseils villageois et les comités de ressources naturelles responsables de la gestion des parcours et des ressources forestières pour les zones à gérer durablement par les structures de gouvernance indigènes, et de développer des activités génératrices de revenus durables basées sur les ressources naturelles.

Grâce à l'initiative pour une conservation inclusive, les IPLC prendront l'initiative d'identifier les priorités locales, de développer des processus inclusifs et culturellement appropriés pour la prise de décision, les stratégies et la mise en œuvre d'actions. Ces investissements seront d'une importance capitale pour transformer les actions de conservation au profit de tous et pour placer le financement de la lutte contre le changement climatique entre les mains des meilleurs gardiens de la nature.

L'ICI donne le coup d'envoi du programme international des boursiers de la politique de l'environnement

Les dirigeants autochtones de l'ICI plaident pour l'inclusion...

La première phase de la mise en œuvre de l'ICI souligne l'importance...

Voir toutes les actualités